Réouverture de la vente en ligne le lundi 7 septembre 2020

Accès au rapport phytodiagnostic complet reçu le 7 août 2020.

Nous ne révisons pas cette page et la laissons en l'état, le rapport définitif confirmant globalement les premiers éléments reçus par mail et commentés ci-dessous.

Peu de jours avant la mi-juillet, la production de la ferme botanique a été violemment attaquée, manifestement par un champignon. En quelques jours une bonne partie de la production a été touchée, le plus souvent de manière définitive et sans qu’il soit possible de récupérer tout ou partie des plantes atteintes. Voici le point de la situation établi au matin du 5 août 2020 :

Rapport Vegepolys

I. Résultats des analyses

Nous avons envoyé des prélèvements de plantes atteintes au laboratoire Vegepolys (Angers). Des premiers résultats nous ont été communiqués le 29 juillet et un bilan complémentaire le 4 août. Voici la citation exacte du mail reçu :

«- Bactérie : Absence de bactérie pathogène

- Fongique : Présence des mycètes Alternaria, Aureobasidium, Phomopsis et Phytophthora pseudocryptogea (résultat obtenu par barcoding pour ce dernier).

Je n’ai pas encore effectué la bibliographie pour établir une corrélation entre les symptômes et les microorganismes détectés. En revanche, à mon sens, il faut se concentrer sur le Phytophthora pseudocryptogae et peut être le phomopsis. »

Le contenu du message montre que des analyses complémentaires sont nécessaires mais nous disposons désormais des éléments essentiels pour comprendre ce qui s’est passé et surtout pour éviter la répétition d’une telle attaque.

II. Causes essentielles du développement fongique

Notons d’abord que seules ont été atteintes les plantes qui se trouvaient dans les serres tunnel, notamment deux des quatre de la ferme botanique. Les pots qui sont à l’extérieur en plein air n’ont pas été touchés.

Les tunnels dans lesquels le problème est né ont été montés au cours de l’hiver dernier. Le système d’arrosage automatique a été installé en fin d’hiver et il nous a fallu deux mois pour résoudre un dysfonctionnement particulièrement gênant : les asperseurs se déclenchaient de manière intempestive et aléatoire à tout moment de la journée et de la nuit, en dehors des heures fixées pour l’arrosage automatique ; nous n’avons réussi que tardivement à trouver la cause de ce problème et à le résoudre. Pendant ce temps et alors qu’il faisait chaud, les pots ont baigné dans une atmosphère presque toujours humide, ce qui a favorisé le développement du champignon.

Notons également que le coup de chaleur précoce que nous avons connu au printemps nous a pris de court à un moment où nous n’avions pas encore blanchi les tunnels. On est ainsi passé de températures inférieures à 20° C. à des pointes dépassant les 45° C.

III. Bilan provisoire des dégâts

Plusieurs milliers de plants ont péri en quelques jours. D’autres ont été partiellement atteints et devraient se remettre. La situation nous a conduits à interrompre la vente en ligne et à renoncer à participer aux fêtes des plantes d’automne.

IV. Prophylaxie : pour éviter la répétition

Déjà la cause première du sinistre semble être liée à une cause qui n’a pas de raison de se reproduire : le problème d’arrosage que nous avons connu.

Nous prévoyons de traiter de manière préventive la production sous serre. Le but est de rendre les plantes plus fortes face à une éventuelle attaque.

V. Questions non encore définitivement résolues

1° L’application d’une peinture d’ombrage sur les serres

Outre l’investissement que représente l’achat de ces peintures coûteuses, leur application est très contraignante quand on n’a pas le matériel adéquat et nous ne prévoyons pas du tout d’investir pour ce type de matériel : ce serait disproportionné. D’autre part, ces peintures sont censées résister aux intempéries mais elles s’atténuent tellement qu’il faudrait en remettre après chaque période de précipitations soutenues. En l'espèce, la peinture d'ombrage avait été appliquée correctement sur nos quatre tunnels mais de fortes pluies ont quasiment annihilé l'effet de cette application quelques jours avant une vague de chaleur.

2° L’installation de brasseurs d’air

Aussi surprenant que cela puisse paraître dans un coin particulièrement exposé aux vents, l’air dans les serres est bien trop stable quand il fait chaud. Outre le fait que les journées de fortes chaleurs sont également des journées avec un vent très faible, l’exposition de nos tunnels contribue à expliquer l’absence de brassage : ils sont orientés et totalement ouverts au nord et au sud et ne prennent pas le vent d’ouest quand il se lève. Le choix de l’orientation des serres est volontaire puisqu'il les protège d’autres dangers, notamment celui des tempêtes hivernales.

Nous prévoyons donc d’installer un brasseur d’air dimensionné dans chacune des serres tunnel. Le coût est d’environ 600 € par serre et ce sera un investissement à prévoir progressivement après la reprise de la vente en ligne et le retour de recettes qui devraient le permettre.

D'après nos informations, ces brasseurs sont également utiles en hiver, permettant d'éviter une trop grande condensation lorsque les portes sont fermées.

3° L’entrée et sortie des plantes des serres tunnel

Même si nous essayons au maximum de sortir les plantes à la bonne saison, je n’ai pas les moyens physiques et humains de déplacer tout ce qui est dans les serres deux fois dans l’année. Cela représente trop de manutention. Puisque je sais que je n’y arriverai pas, mieux vaut prévoir de rendre les tunnels habitables pour les aeonium (le brassage d’air y aidera) plutôt que de vouloir les rentrer et les sortir en permanence.

VI. Date de reprise de la vente en ligne

Aux pertes associées à l'attaque fongique, s'est associé un problème de notre fait : pour parer à l'attaque, nous avons appliqué une pulvérisation de bouillie bordelaise et de soufre micronisé. Ce mélange, avec la chaleur, a entraîné la brûlure de nombreuses feuilles des rosettes des aeonium. Cette dernière est sans conséquence sur la santé ni sur la vie des plantes mais il faut attendre le renouvellement du feuillage en fin d'été pour que ses effets esthétiques disparaissent totalement.

Il est encore trop tôt pour donner une date précise de la reprise de la vente en ligne. Nous espérons qu’elle pourra être effective courant septembre mais la date reste à confirmer.

Historique : accès à la page mise en ligne le 16 juillet, au moment de l'attaque fongique